Le Green Poo Poo

Notez cette invention
­­­bronze
Cette invention a reçu la médaille de bronze lors du FIOLIF 2006 dans la catégorie « Invention la + délirante »

Le Green Poo Poo;
Où comment le chien va (enfin) contribuer à l’environnement.

Chers Inventeurs Fous, amis membres du site, visiteurs égarés.

Or donc, le site des Inventeurs Fous, après avoir fait sienne la devise des Shadok : « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes », a lancé, sans y voir un rapport de cause à effet, son 10ème Grand Concours, dont le sujet s’est avéré ardu, même pour nos plus expérimentés inventeurs aux neurones exacerbées.

En ce qui me concerne, loin de pavoiser en disant « même que j’étais le premier à répondre au concours », vu que je suis celui qui choisi les sujets, je me suis attelé avec énergie à la tâche (1).

Voici donc le Green Poo Poo, une solution unique et fertile au concours en même temps qu’il règle pas mal de soucis en ville.

Un des (nombreux) fléaux rencontrés en ville est, vous en conviendrez, les excréments de chiens (et chats plus rarement, car c’est bien connu les chats sont les pires… mais je m’égare).
Nous avions déjà publié il y a fort longtemps sur ce site l’excellent Bitume VCA, qui empéchait littéralement nos… ahem… amis les chiens de faire leurs besoins sur nos trottoirs.
Mon invention prend l’inverse direction, et j’ai cherché ce que l’on pouvait faire de ces déjections une fois déposées.
Effectivement, on recycle bien certaines bouses pour en faire du combustible, ou le crottin de cheval pour servir d’engrais.
Cependant ici point de système permettant de collecter les excréments : trop cher à mettre en oeuvre et pas du tout dans la démarche de développement durable (coût du matériel, personnel mis en oeuvre, utilisation massive d’eau, etc…). Ma solution consiste à transformer ces excréments en petits morceaux de gazons fleuris !

Comment est ce possible ?

Très simple : il suffit, lors de la préparation industrielle des aliments pour animaux, d’insérer dans la recette, après cuisson le cas échéant, des graines de graminées ou de fleurs des champs (coquelicot, boutons d’or, etc…) très vivaces et enrobées d’une coque protectrice (un peu comme les médicaments recouverts d’une pellicule destinée à libérer leur substance active une fois arrivés dans l’estomac).


fig.1 – incorporation des granulés dans la gamelle

Pour les maîtres préparant eux même la gamelle de leurs animaux, des sachets contenant ces graines peuvent être achetés séparéments et insérés directement lors de la préparation de ladite gamelle.
Massivement généralisé, cet ajout aura un impact très faible sur le coût de fabrication dans le cas d’une incorporation à l’usine.

Le chien lors de son alimentation les ingère, et une partie de ces graines va se retrouver dans les excréments. Ensuite, ces graines ont tout ce qu’il leur faut pour pousser : une atmosphère humide (qui peut être améliorée en cas de pluie et/ou de nettoyage des rues), un terreau fertile (l’excrément lui-même).


fig.2 – chien se livrant à son activité favorite en milieu urbain

En 2 à 3 jours, les premières plantules vont se former, recouvrant l’excrément d’une couche d’herbe. 3 à 4 jours plus tard, les premières fleurs vont éclore, transformant les multiples excréments en autant de petits jardins fleuris.
De plus, les plantes se nourissant des excréments en grandissant vont éliminer naturellement à terme ce bien embêtant paquet, alors même que leur doux parfum concurrencera celui peu râgoutant déposé par nos animaux de compagnie sans vergogne.


fig.3 – premières plantules


fig.4 – floraison

Les trottoirs de nos villes auront alors des reflets de campagne, attirant papillons et abeilles, si utiles et indispensables, les bobo (2) virevoltant entre ces petits espaces de nature… ah…. j’en ai la larme à l’oeil…


fig.5 – la campagne à la ville

C’est avec bonheur que je fais don à la collectivité nationale de cette invention poétique en ces temps de déprime et de morosité.

Si, si, j’y tiens. Ça me fait plaisir.

(1): j’étais quand même le premier à répondre…
(2) : bobo : contraction de bourgeois-bohème (voir sur wikipedia)

chandon

Créateur et admin de ce site depuis août 2000.

Comments are closed